Autres Danses

Autres  Danses  :

KIZOMBA :


La kizomba est un genre musical et également une danse originaire d'Angola. Elle se dansait également dans d'autres pays d'Afrique, puis a commencé à se diffuser au Portugal, Brésil, et par extension dans tout les pays lusophone (qui parle le Portugais) pour arriver ensuite,

dans les pays d'Europe.

La musique a vu le jour au cours des années 80 sous l'influence du semba et de la musique zouk. Cette dernière fut introduite en Angola, suite a un concert du groupe KAssav' . Et c'est à ce moment qu'à emmergé un genre musical plus moderne avec une touche de sensualité et de romantisme. La danse serait une interprétation de leur traditionnel semba sur les rythme de la kizomba.

Cette danse se veut très sensuelle et se pratique de manière langoureuse.

BACHATA :


La Bachata est un genre musical typique des Caraïbes qui est née dans les années 1960 en République Dominicaine,aux influences multiples.


Elle puise notamment ses origines dans le Boléro qui s'était répandu dans le monde latino-américain depuis les années 1920.


C’ est une musique poétique et romantique, évoquant la misère du peuple et l’amour. Elle est malgré tout synonyme de la fête, de divertissement, d'amusement.


Très appréciée par les classes les plus populaires de la République Dominicaine, et méprisée par la bonne société, elle était très peu diffusée et restait l’apanage des classes sociales inférieures. C’est pour cela que la Bachata est considérée à ses débuts comme un genre musical associé aux pauvres. Elle est synonyme de vulgarité, d'immoralité voire d' indécence. Dans les années 1930, la Bachata est d'ailleurs jouée dans les bars à mauvaise réputation, les maisons closes et autres lieux dit "de perdition."


D'origine rurale, la Bachata ne tarde pas à s'imposer dans les villes de la République Dominicaine.


Comme beaucoup de danses à cette époque, la Bachata est l'expression de la mélancolie et de la nostalgie des émigrants, exprimant l'amour et le désamour d'une population qui quitte les villages pour se concentrer dans les zones urbaines de l'île. C'est pour cette raison que la Bachata sera qualifiée de "musique amère".


Par la suite, elle évolue doucement et s’enrichit. Si le thème principal est toujours l’amour, la Bachata se fait plus sensuelle voire érotique.


Ensoleillée, entraînante, la bachata est une danse simple et dispose de peu de figures. Elle est principalement  faite d’attitudes, de balancements, de rotations et de déhanchements.

Ce n’est vraiment que plus tard, qu’une fois arrivée en Europe que lui a été greffé des figures et variations d’autres danses, et ce pour 1 raison importante . L’incapacité des Européens à se déhancher et à onduler sensuellement. Du coup on y intégra quelques figures pour remédier à ce problème.


Le pas de base, en 4 temps, est simple et s’apprend facilement. C’est une série de pas qui produit un mouvement d’avant en arrière, ou d’un côté à l’autre.


Depuis son apparition, elle rythme la vie des Dominicains qui aiment chanter et danser. Elle est jouée par quelques guitares accompagnées d’une basse et de diverses percussions.

Au début des années 80, le tourisme à la République Dominicaine prend son envol. Avec l’augmentation des moyens de communication et les efforts de plusieurs compositeurs, l’intérêt pour la bachata explose. Désormais symbole de l’île, sa renommée devient internationale et elle s’exporte partout dans le monde. Tout comme les autres musiques latinos, les rythmes ensoleillés de la bachata séduisent la France et envahissent soirées, discothèques, radios et écoles de danse. Le succès de la chanson « Obsession » du groupe Aventura, sortie en 2004, y contribuera fortement.

MERENGUE :


Le merengue a vu le jour en République Dominicaine vers 1850. Encore une danse qui nous vient d'Afrique, par le biai d'importation massive d'esclave, cette fois en République Dominicaine. Son succés se fait d'abord dans les classes populaires car la bourgeoisie et les classes dirigeantes dénient cette danse du fait de sa musicalité africaine et aussi parce que le contenu des chansons est trop passioné, ou parfois même grivois. Les choses changent à l'arriver du dictateur Rafael Trujillo qui se serva du merengue pour promouvoir sa campagne présidentielle et le declara comme danse officielle en 1930.

Le merengue est un jeu de séduction où ventre contre ventre, on se déhanche avec une forte dose de sensualité. La musique est vive, legère, festive et pleine de soleil.

ZOUK :


Le zouk est né dans le département francais d'outre mer : la Guadeloupe et la Martinique au début des années 80. Ill fait parti du patrimoine des antilles françaises. C'est une danse au caractère sensuel et festif, qui permet de séduire le partenaire du sexe opposé.

Il se danse collé serré durant toute la danse, ce qui la différencie du merengue. Une version plus récente fait fureur chez les jeunes, le zouk love. Il se pratique essentiellement sur place en accentuant le contact et les ondulations entre les partenaires.

CHARLESTON :


La danse Charleston est née dans le sud des Etats-Unis au début des années 1900. Le charleston est à l'origine de la plupart des danses modernes, construites sur les rythmes négro-américains et dans lesquelles les figures improvisées tiennent une place importante, avec parfois des mouvements acrobatiques inspirés des danses africaines, antillaises, etc.
Le charleston se danse en solo, à deux ou en groupe, sur les rythmes endiablés du hot jazz. Il est fondé sur des déplacements du poids du corps d'une jambe à l'autre, pieds tournés vers l'intérieur et genoux légèrement fléchis.


Cette danse doit son nom à la ville de Charleston en Caroline du Sud. Ce n’est vraiment que début des années 1920 que le charleston prit son essort à New York City et particulièrement à Harlem.
Il est devenu vraiment populaire aux États-Unis en 1923, à la suite de la présentation d’une revue entièrement noire se jouant sur Broadway : Runnin' Wild (musique Charleston de James P. Johnson). En France il faudra attendre 1925, avec la première Revue Nègre, au Théâtre des Champs-Élysées de Paris, dans laquelle on retrouve Sidney Bechet et Joséphine Baker qui fait ses débuts. Le charleston devient alors, la danse de société de référence surtout aux États-Unis mais aussi en Europe.

MADISON :


Le madison fait partie des nombreuses danses en ligne créées dans les années 1960 comme le twist. Il s'agit d'une danse sans contact qui se pratique en ligne, seul en couple ou en groupe, sont point d'origine serait Philadelphie. Il existe plusieurs chorégraphies différentes, connues du plus grand nombre, qui peuvent se mettre en œuvre sur des musiques madisson ou bien celles dont la musique est constituée de phrases musicales ayant pour base du 8 temps.

SHIM SHAM :


A l’origine, le Shim Sham relève d’un pas traditionnel de claquettes venant de la communauté noire américaine. Ensuite, on a donné le nom de Shim Sham à un petit enchainement de 32 mesures. Cette routine, provenant à la base des claquettes, sera reprise par de nombreux danseurs de swing et de lindy hop (jitterbug) qui, à leur tour, l’adapteront et créeront de nouvelles variations comme le Al and Leon’s Shim Sham, le Dean Collins Shim Sham ou encore le Slip Slop Shim Sham.

VALSE MUSETTE :


Cette forme de la valse, typiquement française, se caractérise par un tempo assez rapide et par une forme très tournante. En effet le couple evolue assez peu sur la ligne de danse. C'est surtout lié à l'affluence sur les pistes des bals populaires que les gens ont du s'adapter à ce manque de place pour créer la valse Française comme on la connaît de nos jours.

C'est la danse la plus typique du genre musette.

Copyright © All Rights Reserved