ROCK SWING

ROCK  -  SWING 

West Coast Swing  :  WCS 


Le West Coast Swing est une danse à deux issue du courant swing, apparue initialement comme une forme découlant du jitterbug.


C'est notamment Dean Collins, arrivé à Los Angeles dans les années 1937, qui a influencé et développé le style du west coast swing sur la côte ouest des États-Unis.

Plus tard cette danse sera considérée comme en étant une version « douce » du jitterbug. D’abord appelé Western Swing ou Sophisticated Swing en 1951, son appellation définitive se fera en 1961. Elle est caractérisée par des mouvements très élastiques des partenaires, que ce soit individuellement ou bien l'un par rapport à l'autre (ondulation et strech). De plus, outre ses 3 pas de base identiques au jitterbug, le leader utilise un " rock step" alors que le follower un "walking in".

Mais le fait que cette danse ait su se moderniser et se pratique désormais sur un vaste éventail de styles de musique : country, jazz, blues, RnB, disco, actu ... lui a permis de se remettre au goût du jour et de ne pas tomber en désuétude.

Cette danse se caractérise aussi par son côté ludique et sensuel.

De plus, il existe une énorme possibilité d'interprétations, avec notamment un rôle très actif pour la partenaire. Le cavalier (leader) déclenche les passes plus ou moins sophistiquées sur la musique en restant à l'écoute permanente de sa partenaire (follower). Cette dernière peut alors décider soit de suivre basiquement le cavalier, soit de composer avec le guidage pour rendre la passe plus esthétique ou pour mettre en relief un passage de la musique.

Le tempo relativement lent des musiques est propice à la sensualité. Cette sensualité se sent dès le début de l'apprentissage et est source de jeux, d'amusements et d'humour. Ces éléments sont également une source supplémentaire d'inspiration pour interpréter la musique.

Le West Coast Swing est arrivé en France au début des années 2000. Il s'est d'abord implanté en région parisienne avant de gagner progressivement le sud de la France Montpellier puis Lyon et Toulouse. Actuellement, le west coast swing peut se danser pratiquement presque partout en France.


East Coast Swing :  ECS


L'East coast swing "découle" du Jitterbug. Cette danse est née à Harlem, New York, puis s'est répandue à travers l'Amérique du Nord, et sur la côte Est des Etats unis. L' ECS a été "créé" par les studios de danse Arthur Murray dans les années 1940. Il a pris le jitterbug comme modèle et avait toujours comme objectif de ressembler au lindy hop, et de rendre une danse accessible à tous.  En effet le Lindy Hop a été ressenti par les écoles de danse à la fois trop difficile, trop rapide d'execution pour être enseigné aux danseurs débutants. C'est pour ces raisons que les ecoles de danse avaient initialement rejeté le Lindy Hop. Mais il y avait un tel engouement pour cette musique qu'Arthur Murray décida de faire un coup de pub, pour attirer de nouveaux élèves.

Il a en quelque sorte rebâptiser le jitterbug en ECS, seul le style varie très légèrement.


C'est pour cette raison que cette danse porte différents noms suivant les diverses régions des États-Unis et dans le monde.

Il peut être appelé Est swing, Jitterbug , American Swing, East Coast Lindy, Lindy ( à ne pas confondre avec Lindy Hop ) et Swing.


On retrouve donc en East Coast Swing exactement les 3 mêmes variantes de pas de base qui sont utilisées en jitterbug :


   - single time ou single swing ou "swing single-step" (où le pas est composé de 2 pas rapides et 2 pas lents, comme pour le Foxtrot)

   - double time ou Double swing (en utilisant des pas tapés)

   - triple time ou le triple swing (utilisant des pas chassés)

BOOGIE WOOGIE :


Le Boogie est avant tout un style musical issu du courant Swing. La danse portant le même nom apparue dans les années 1940.



Sa particularité est son aspect swingué mais avec une flexion importante, agrémenté d'une forte dose d'interprétation, essence même du boogie. S'inspirant de jeux de jambes ou de routines swing (jam sessions, Shim Sham) et plus récemment de break dance (avec notamment les effets de vague et de déplacement des pieds), elle fait la part belle à la création, à l'originalité, voire à l'humour.

L'un des courants émergeant à la suite de l'âge d'or du lindy hop s'est petit à petit identifié comme le boogie-woogie. Le terme "boogie-woogie" est à la fois le nom d'une danse et celui d'un style de musique jazz au rythme particulier bien souvent marqué au piano. Le mot "boogie" a été utilisé par référence au bruit du train (qui possède des boogies...) sur ses rails et censé être reproduit dans cette rythmique bien souvent identifiée par la batterie ("tatac tatoum tatac tatoum...").

Il existe aujourd'hui deux types de boogie-woogie : à 6 temps (comme le rock, avec un pas "sautillé") ou à 8 temps (comme le jitterbug, avec une allure twistée et dans le sol).


Quand le lindy hop ou plutôt le jitterbug est arrivé en Europe à l’après guerre, il a connu diverses évolutions suivant les Pays. En effet, le be-bop est née dans les caves de Saint-Germain-des-prés à Paris, le jive en Angleterre, ou encore ici le boogie-woogie en Allemagne. Ce n'est qu'une évolution européanisée du jitterbug, qui s’est fortement développée en Allemagne, son nom venant du courant musical, très en vogue après la guerre.


Le boogie-woogie s'écoute alors partout, on en parle dans la presse, on l'entend à la radio, on enregistre des disques et le public blanc découvre cette musique. A partir de cette période, le boogie-woogie se commercialise et de nombreuses formations de jazz inclurent des morceaux de boogie-woogie à leur répertoire. Cette musique a également été sponsorisée par l'état américain pendant la seconde guerre mondiale pour maintenir le moral des soldats. C'est ainsi que les Andrew Sisters lancèrent leur carrière. Avec la seconde guerre mondiale, la culture américaine se développe en Europe, la jeunesse découvre alors, au même titre que le Jazz et le be-bop, le boogie-woogie. L'arrivée fracassante du rock'n'roll démode rapidement le blues et le boogie-

woogie qui deviennent dépassés.


L'apprentissage du Boogie-Woogie, est très fastidieux. En effet, avec ses deux piétinés consécutifs et son slide-ball-change, le pas de base se décompose en 9 pas sur 6 comptes. C'est pourquoi il est assez difficile à danser en musique et dès les tempos moyens, il devient très fatiguant. Avec l'âge, mieux vaut se reconvertir vers l'ECS beaucoup plus plaisant, et ludique. Avec du travail et de la patience, cette danse peut néanmoins devenir très harmonieuse. Pour s'en balancer avec nonchalance sur le rythme entraînant et répétitif qui caractérise la musique des pianistes de Boogie-Woogie, on peut aussi adopter un pas en 8 comptes avec des twists (style français).

 Particularités de la musique boogie-woogie



Le boogie-woogie se caractérise avant tout par un style puissant, très vivant. Le plus souvent, il est joué au piano ; la main gauche exécutant une répétition syncopée, donnant le rythme puissant et régulier caractéristique à ce style musicale, et la main droite improvisant une mélodie souvent simple. De cette technique spécifique, chacune des mains jouant une partie distincte, se dégage une musique rythmée, mélodieuse et entraînante. 


LINDY HOP :


Le Lindy Hop est une danse de couple issue du courant de la musique swing, dans les années  1920.

Cette danse  s’est développée dans la communauté noire américaine de Harlem (New York). C’était alors un mélange de plusieurs danses des USA ainsi que des danses d’origine Africaine. 

Ses origines métissées expliquent aussi bien la position du couple de danseurs, fermée et séparée, ainsi que  la réalisation de figures liant mouvements improvisés, rythmés, acrobatiques, exubérants, délurés, et le tout en maintenant énergie et une souplesse constante dans les genoux.

Ce n’est qu’à partir de 1927 que Le lindy hop est reconnu comme danse en tant que tel.

En effet, le 21 mai 1927, Charles Lindbergh vient de traverser l'Atlantique en 33 heures, c'est le grand saut, "le Big Hop".  Peu de temps après, lors d’un marathon de danse qui se déroulé au Casino Manhattan, un journaliste du New York Graphic qui couvrait cet évènement, alla interviewer un des meilleurs danseurs de l’époque , (Georges "Shorty" Snowden ) pour savoir ce qu’il dansait. C’est à ce moment, que georges, sans s’arrêter de danser, dût improviser et donner un nom à cette danse qui ne porte pas d’appelation particulière. L’exploit de Lindbergh en tête, ainsi que tous les titres de journaux s'y référent, tel que "the big hop", ou "Lindberg hops the Atlantic" (Lindberg traverse l'Atlantique en volant).

C’est alors qu’il répondit : "Le Lindy Hop ... nous volons comme Lindy! ... "

Mais au début du siècle dernier, toutes ces danses n'étaient pas vu d'un bon oeil par la population blanche des Etats-Unis. Cette danse comme beaucoup d'autres à l'époque, était qualifiée de danse de sauvages.

Et ce, jusqu'à l'avènement du jitterbug !


Origines :


Entre 1910 et 1950, Harlem était un lieu où les gens de tout horizon, toutes couleurs et toutes classes se réunissaient.

Le « Cotton Club » présentait des artistes noirs et accueillait la riche clientèle blanche et glamour pendant que la salle de bal

« Savoy », ouverte en 1926, accueillait la clientèle plus modeste, à forte proportion noire. Le Savoy était malgré tout l'une des rares salles de bal intégrée, c'est-à-dire ouverte aux blancs et aux noirs. Le Savoy était le haut lieu de la danse à Harlem et accueillait l'élite des danseurs dont la troupe des Whitey's Lindy Hoppers. La musique Swing et le Lindy Hop évoluèrent parallèlement dans ces salles de bal et principalement au Savoy.

Dans les années 1910 et 1920, dans tous les vaudevilles, les professionnels montraient leurs talents au travers des claquettes et autres danses de cette période. Dans les années 1920 et 1930, les salles de bal américaines sponsorisèrent des concours de danse, au cours desquels les danseurs improvisaient et inventaient de nouveaux pas. C'est dans ce milieu que naquît le Lindy Hop.

JITTERBUG :


     Le jitterbug va emmerger juste après l'apparition du lindy hop dans les années 30. Il n'est en réalité qu'une forme plus "soft" du lindy hop. Vous allez comprendre pourquoi très vite.


     Tout d'abord, il ne faut pas oublier l’importance du racisme dans ces années. C’est pourquoi il n’était pas respectable d’aimer ou de danser cette danse identifiée comme une danse de sauvages qu’était le lindy hop.

     Ensuite, les blancs américains tout de même attirés par ce courant, se rendirent très vite compte qu'il leur serait impossible de danser aussi bien (souplesse-dextérité) et aussi rapidement que les noirs.


     C'est pour cela qu'ils décidèrent d’adapter et de codifier le lindy hop sous le nom de Jitterbug pour le rendre accessible et attractif par la population blanche. Jitterbug signifierait en argot être dans un état second, état euphorique, d’ivresse. Ce sera également le surnom donné aux danseurs de cette danse puis par extension aux danseurs de swing en général.


     Ensuite le jitterbug donnera naissance aux 2 variantes. Dans un premier temps au west coast swing (wcs) avec Dean Collins comme leader, et du coup par opposition donna également naissance à l’east coast swing (ecs) avec Arthur Murray comme chef d'orchestre.

 

      En Europe, c'est à la libération, avec le débarquement des G.I. et leurs orchestres Big Bands que le jitterbug s'imposera sous différentes formes.

Cette danse est en réalité l'ancêtre de toutes  les danses issues du mouvement swing que nous pratiquons couramment aujourd'hui : swing (ecs), jive, be-bop, boogie-woogie, west coast swing (wcs)...


TECHNIQUE DE BASE:


Dés son apparition, il existe 3 formes du pas de base du jitterbug :


   - le single time  (4 pas sur 6 temps)

   - le double time (4 pas et de tape donc 6 actions sur 6 temps)

   - le triple time  (8 pas sur 6 trmps )


Il ne faut pas oublier que l'inconvénient majeur de la danse de laquelle il découle, le lindy hop, était sa complexité et sa rapidé d'execution pour les blans. Ces 3 pas de base permettent soit de s'adapter au tempo plus ou moins rapide de la musique, ou bien de faire des effets de style sur une même chanson. De plus, c'est aussi la simplicité de certains pas de base, qui permet aux novices de pouvoir s'amuser, sans avoir particulièrement de facilité à bouger son corps.

Le jitterbug est donc une danse qui rassemble, et qui doit pouvoir s'adresser au plus grand nombre.

BE-BOP :


En 1945, la joie de la liberté retrouvée éclate dans la France entière. Les gens font la fête pour oublier les horreurs de la guerre. C'est à Saint-Germain-des-Prés que se donnent rendez-vous tous les jeunes notamment pour danser.


Durant la seconde guerre mondiale, les GIs américains ont apporté avec eux leurs musiques et leurs manières de danser en Europe. C'est donc tout naturellement le swing qui était joué et le jitterbug qui était dansé. Puis un jour le style musical évolua et arriva jusque dans les caves où il y régnait une ambiance extraordinaire. Les "Touristes" se pressaient dans les caves pour admirer musiciens et danseurs pour voir ce nouveau courant musical. Mais les danseurs dansaient toujours le avec les pas de bases du Swing sauf que la musique avait légèrement changé..

Et c'est là que les touristes et les gens présents s'exclamèrent « Ils dansent le Be-Bop » simplement en rapport avec le nouveau style de Jazz qui commençait à se faire connaître.


Et voilà comment est née la danse be-bop :)  !!

ROCK SAUTE  et  ROCK ACROBATIQUE :


Le rock sauté correspond au rock acrobatique sans les acrobaties. Il nécessite l'apprentissage d'une base appelée pas sauté qui va

permettre l'exécution de figures et de variations de danse. Le pas de base est constitué notamment du "kick ball change”, ainsi que de hauts jetés de pieds, ce qui donne une énergie et une tonicité bien caractéristique de cette danse.


Le rock acrobatique se danse tout comme le rock sauté, sur une base de 6 temps, avec un pas de base du rock sauté.

Très technique, et très danderaux, il se danse généralement avec une partenaire unique afin de faciliter les prises de repère qui sont très personnelles et propres à chaque couple.

Cette danse implique un brin sportivité et pour les filles à haut niveau, de posséder des qualités gymniques certaines.Cette discipline est le plus souvent pratiquée en compétion ou pour des démonstrations.

En France, cette danse est chorégraphiée, il n’y a pas d’improvisation sur la musique.


Le rock acrobatique peut être rapproché du patinage artistique, par la chorégraphie, les jeux de jambes, les portés, les acrobaties, les costumes,

les choix musicaux ainsi que leur arrangement.

ROCK'n'ROLL :


Le terme "Rock" en français est simplement la contraction du terme "Rock 'n' roll", et désigne la danse accompagnant la musique du même nom.


La musique Rock'n'roll est un genre musical chanté, ayant émergé aux États-Unis au début des années 1950, découlant directement du "rhythm and blues", musique populaire noire, et de la musique populaire blanche de l'époque.

Le rythme ternaire fait alors place au rythme binaire, sur un tempo plus soutenu. La musique évolue et donc les pas de base également. Ce qui fit connaître vraiment le ROCK c'est "Rock around the clock " de Bill Haley.


Les différentes versions de Rock sont composées de passes plus ou moins complexes.

On peut en distinguer plusieurs formes :


  - Le Rock'n'roll  (à 6 temps, surtout inspiré du double time swing)

  - Le Rock 4 temps et le Ceroc (inspiré du single time swing)

  - Le Rock sauté / Rock accrobatique


Enfin, on peut parfois entendre à tort le terme de Rock, pour faire référence au boogie-woogie, swing, jive .... alors même que se sont des danses très différentes.

CEROC  :


Le ceroc ou Modern Jive, est une danse à deux, moderne et ludique qui se danse sur des styles de musique très variés, allant du swing des années 40 jusqu’aux derniers tubes d’aujourd’hui. Inventée à Londres en 1980, cette danse qui allie le dynamisme des danses rock / swing et la sensualité des danses latines.

Elle permet de s'amuser assez rapidement en musique. En revanche sa simplicité est à la fois son avantage et son inconvégnient.

En effet c'est ce qui handicape cette danse puisqu'elle atteint vite ses limites.


C'est une version ultra simplifié du Rock'n roll.

Copyright © All Rights Reserved